L'assurance habitation nous rend-elle serein ?

L'assurance habitation nous rend-elle serein ?

Les logements ainsi que les biens matériels et les occupants sont constamment exposés aux sinistres (tempêtes, neige, catastrophes naturelles, accidents…). Ces imprévus justifient l'importance d'une assurance. Alors, la couverture habitation rend-elle plus serein ?

L'étendue des protections

Afin de se couvrir contre les frais de réparation des sinistres au logement, les occupants ont intérêt à souscrire une couverture des risques habitation. Ainsi, le domicile aussi bien que les biens mobiliers sont indemnisés en cas de préjudice. D'ailleurs, une couverture traditionnelle complète propose toujours la couverture responsabilité civile. Cette garantie demeure la couverture la plus importante, car elle assure tous les bénéficiaires en cas de préjudice causé à un tiers.

Outre cette protection, la garantie contre les dommages aux biens indemnise les dégâts subis par les mobiliers (meubles, objets de valeur, appareil électroménager…). Aussi, la MRH intègre les autres couvertures incontournables comme : les garanties catastrophes naturelles, incendie, dégât des eaux, bris de glace, vol et vandalisme. Si nécessaire, les options telles que la couverture des biens nomades, des biens situés dans les dépendances et la protection juridique complètent l'assurance habitation.

La sérénité du locataire et du bailleur

En sa qualité de bailleur, l'assurance PNO (Propriétaire non-occupant) renforce la tranquillité notamment en période de vacance locative. Ainsi, même en cas de sinistre en l'absence de locataire, les frais de dédommagement relèvent de la garantie PNO. Aussi, suite à la souscription d'un contrat de bail, cette couverture représente un complément de l'assurance du locataire. En effet, cette garantie couvre les sinistres écartés de la couverture locative. À défaut d'assurance du locataire, elle constitue également une solution contre les risques locatifs.

La loi somme tous les locataires de souscrire une couverture afin d'assurer son logement au minimum contre les préjudices causés aux tiers. D'ailleurs, la loi Alur soutient cette obligation en autorisant le bailleur à souscrire à sa place une assurance contre les risques locatifs. En contrepartie, le montant de la cotisation est débité du loyer mensuel. Ainsi, pour pallier cet embêtement et améliorer la relation propriétaire-locataire, la souscription à une assurance semble indispensable.

La sérénité pour toute la famille

Du reste, la GAV (Garantie des accidents de la vie) sécurise davantage tous les membres de la famille ainsi que les autres occupants du logement. Il s'agit d'une option dans le contrat de MRH incluant la couverture des dommages en cas d'accident même sans l'intervention d'un tiers. Cette couverture semble d'une grande utilité notamment pour les enfants en bas âge. En plus de couvrir les imprévus de la vie quotidienne, cette option inclut également les activités dans le cadre scolaire.

De plus, cette couverture prend également en charge les conséquences pécuniaires des accidents médicaux dus aux attentats et aux agressions ainsi que des catastrophes naturelles et technologiques. Du reste, suite à un décès d'un bénéficiaire, les frais d'obsèques, le préjudice d'affection (souffrance due au départ du proche), les pertes de revenues des proches et les frais divers des proches relèvent de cette garantie. Seulement, ces privilèges sont soumis à certaines conditions.

Articles

Avoir une assurance habitation restreint-il le stress ?

Avoir à s'occuper d'une réparation dans la maison ou l'appartement, s'inquiéter d'un éventuel cambriolage au cours d'un voyage et des vacances... tous ces soucis peuvent être allégés, voire effacés grâce......